Jeedom – Une maison à la Tony Stark

Au fil des années, la domotique s’est installée dans nos maisons. Rendre la maison intelligente ou connectée n’est désormais plus une utopie. C’est une réalité.

Les avantages de la domotique

La domotique améliore véritablement votre confort de vie au quotidien grâce à la centralisation des accès et la commande des équipements domestiques. Elle vous permet aussi de gagner du temps et de programmer les tâches répétitives de la vie courante.

L’avantage principal de la domotique est sa capacité à faire faire d’importantes économies d’énergie à l’intérieur d’une maison. Si elle est bien conçue, une installation domotique permet de réaliser entre 25 et 30% d’économie énergétique par an !

Concernant le poste « chauffage », par exemple, des détecteurs d’ouverture de fenêtre sont capables de couper le chauffage lorsque vous aérez une pièce. Une programmation automatique peut également abaisser la température des pièces et la réguler durant votre absence ou prévoir la mise en marche d’appareils électroménagers pendant les heures creuses.

La domotique améliore considérablement le confort de vie. Une gestion centralisée de l’éclairage permet ainsi d’éteindre et d’activer toutes les lumières en même temps en appuyant sur un seul bouton ou grâce à un détecteur de mouvement. L’éclairage peut également être relié au poste de chauffage ou même à une radio, de sorte que tout s’active en un seul geste. L’ambiance lumineuse peut par ailleurs être réglée (lecture, relaxation avec lumières tamisées …). Il est même possible de programmer sa cafetière et l’ouverture de ses volets chaque matin !

Outre le fait que la domotique vous procure un confort optimal, elle vous accompagne dans la vie quotidienne et présente un réel avantage en termes de sécurité pour votre maison : système d’ouverture de porte grâce à la reconnaissance vocale, radars de détection, caméras, notifications d’alertes en cas d’intrusion ou de sinistre, contrôle de votre maison à distance, etc. Vous pouvez ainsi garder un œil sur votre maison et les êtres qui vous sont chers grâce à des systèmes d’alarmes et de vidéosurveillance efficaces qui peuvent être contrôlés depuis un smartphone ou une tablette.

Les désavantages de la domotique

Certains systèmes domotiques peuvent coûter relativement cher. Les options sont infinies, mais toutes ne sont pas aussi abordables.

La domotique offre souvent énormément de possibilités, qui empêchent de voir la forêt derrière l’arbre. Il faut du temps pour apprendre à tirer un maximum de profit de chaque application domotique.

Pour moi personnellement, les avantages sont bien plus importants que les désavantages. Certains systèmes domotiques ne sont rien de plus que des gadgets amusants. Mais d’autres peuvent offrir une réelle plus-value. Les économies permises par la domotique vous permettent en outre d’amortir très rapidement votre investissement.

Jeedom

Jeedom est un logiciel Open-Source gratuit qui peut s’installer sur n’importe quel système Linux. Il est basé sur un coeur avec de multiples fonctionnalités : gestion de scénarios simple et avancée, interaction avec l’installation domotique de manière textuelle et sonore, visualisation d’historique et génération de courbes et graphiques, mise en relation de tous les équipements et objets connectés, personnalisation de l’interface …

Jeedom permet de nombreuses possibilités dont :

  • Gérer la sécurité des biens et des personnes,
  • Automatiser le chauffage pour un meilleur confort et des économies d’énergie,
  • Visualiser et gérer la consommation énergétique, pour anticiper une dépense et réduire les consommations,
  • Communiquer par la voix, des SMS, des mails ou des applications mobiles,
  • Gérer tous les automatismes de la maison, volets, portail, lumières…
  • Gérer ses périphériques multimédias audio et vidéo, et ses objets connectés

J’ai choisi Jeedom car :

  • Son utilisation et installation est gratuite
  • Seuls certains ‘plugins’ sont payants
  • Il fonctionne en local (pas besoin de connexion internet).
  • Il y a une grosse communauté et beaucoup de périphériques compatibles.
  • Il est possible de développer ses propres ‘plugins’ selon ses besoins.
  • Il a une base Linux (donc peu gourmand et open source).
  • C’est français !!! 🙂

Le matériel

Jeedom est un logiciel Open Source, vous pouvez donc le télécharger et l’installer vous-même. Des connaissances Linux sont tout de même conseillées pour utiliser Jeedom en « DIY » (« Do-It-Yourself », Faire soi-même). Vous pouvez également opter pour une solution prête à l’emploi en prenant une box domotique Jeedom.

Pour celles et ceux qui sont frileux de se monter soi-même sa propre Box Jeedom, je vous recommande les Box Jeedom Smart et Power : https://www.jeedom.com/site/fr/box.html

Pour les moins frileux ^^ :

Alternative 1Alternative 2Alternative 3
PuissanceRaspberry Pi 3Intel NUC NUC6CAYHRaspberry Pi 3
Stockagemicro SD Classe 10 64GoSSD 120Go*SSD 120Go*
Mémoireinclus 2Go (non extensible) RAM 4Goinclus 2Go (non extensible)
ComplémentsAlimentation micro USB 3A/

Alimentation micro USB 3A

Boîtier pour disque dur externe

Total68,97€194,31€84,92€

* si vous trouvez moins cher ou une plus petite capacité c’est parfait !

Installation sur un Raspberry Pi avec carte SD (Alternative 1)

Debian 9 (Stretch) est la distribution officiellement supportée pour la version 3.1.5 de jeedom (mais Jessie reste parfaitement fonctionnelle).

1/ Télécharger la dernière image “lite”, c’est à dire sans interface graphique ICI

2/ Décompresser l’image avec winrar Ici

3/ Gravez cette image sur une SD avec etcher par exemple ici

Si vous utilisez Etcher pour graver votre image, l’étape de décompression est inutile (format Zip reconnu directement dans la sélection du fichier image).

4/ Activer un accès SSH

Pour des raisons de sécurité, l’accès SSH n’est plus activé par défaut sur cette distribution. Il faut donc l’activer.

Il faut créer sur la partition boot (la seule accessible sous Windows) un fichier ssh vide.

Il suffit de faire un clic droit : nouveau / document texte et le renommer en “ssh” sans extension

Sous Windows, dans l’explorateur il faut donc vérifier votre paramétrage dans affichage / options / modifier les options de dossiers et de recherche /

ExtensionFichier

5/ Démarrer le PI

Insérez votre carte SD, branchez le câble réseau, branchez l’alimentation.

6/ Se connecter en SSH

Identifiez votre Pi sur le réseau

Il faut connaître l’adresse Ip de votre PI. Plusieurs solutions :

  • Consultez la configuration DHCP dans votre routeur
  • Utilisez un scanner de port type “angyipscanner” ici

Etablir la connexion

Ensuite utilisez par exemple putty pour établir votre connexion Ici

Rentrer l’adresse de Ip de votre PI (ici 192.168.0.10) et cliquez sur open. Accepter le message par défaut relatif à la sécurité lors de la première connexion.

Connectez-vous avec les identifiants pi / raspberry

Pour des raisons de sécurité, il est impératif de modifier le mot de passe par défaut. Les cas de piratages basés sur l’exploitation du couple login/mot de passe par défaut du Raspberry sont particulièrement répandus. (commande passwd et sudo passwd)

7/ Lancer le script d’installation jeedom

wget -O- https://raw.githubusercontent.com/jeedom/core/master/install/install.sh | sudo bash

Le mot de passe sudo est également raspberry

En fonction de votre débit internet, l’installation peut prendre de 45 à 90 minutes. Vous ne devez surtout pas interrompre le processus avant la fin. A défaut, il faudra reprendre la totalité de la procédure.

Il vous suffit ensuite d’aller sur IP_MACHINE_JEEDOM

Les identifiants par défaut sont admin/admin

Les arguments suivants sont utilisables : -w = dossier webserver -z = installation dependances z-wave -m = mot de passe root mysql désiré

./install.sh -w /var/www/html -z -m Jeedom

8/ Optimisation système

Si vous utilisez votre Raspberry pour Jeedom sans écran connecté, il est recommandé d’effectuer le minimum de RAM à la partie vidéo.

Il suffit de se connecter en SSH et de modifier le fichier config : sudo nano /boot/config.txt

Ajoutez et/ou De-commentez (en supprimant le #) et/ou Modifiez les lignes :

gpu_mem=16

disable_l2cache=0

gpu_freq=250

Quittez en sauvegardant : CTRL+X puis O puis ENTRÉE

Rebootez votre RPI

Ensuite, vous pouvez suivre la documentation Premier pas avec Jeedom

Source : jeedom.github.io

Installer Jeedom sur un PC (Alternative 2)

Voici la documentation pour installer Jeedom sur la plupart des systèmes Linux (testée et approuvée sur la distribution Debian)

Debian 9 (Stretch) est la distribution officiellement supportée pour la version 3.1.7 de Jeedom (mais Jessie reste parfaitement fonctionnelle).

Le script d’installation peut être dangereux, car il part du principe que votre système est vierge. Si ce n’est pas le cas merci de lire le script et de faire une installation à la main.

Connectez-vous en SSH à votre système et faites :

wget https://raw.githubusercontent.com/jeedom/core/master/install/install.sh
chmod +x install.sh
./install.sh

Il vous suffit ensuite d’aller sur IP_MACHINE_JEEDOM à partir de votre navigateur internet.

Les identifiants par défaut sont admin/admin

Les arguments suivants sont utilisables : -w = dossier webserver -z = installation dependances z-wave -m = mot de passe root mysql désiré

./install.sh -w /var/www/html -z -m Jeedom

Ensuite, vous pouvez suivre la documentation Premier pas avec Jeedom.

Source : jeedom.github.io

Installer Jeedom sur un Raspberry Pi avec un disque dur externe (Alternative 3)

Récupérer Noobs

Pour installer Raspbian sur le disque dur et non sur la carte MicroSD, nous allons utiliser Noobs.

Noobs : New Out Of Box Software est un gestionnaire d’installation de système d’exploitation pour le Raspberry Pi.

Avant de commencer, il faut récupérer Noobs sur Raspberrypi.org.

Deux versions sont disponibles :

  • Noobs
  • NOOBS LITE

C’est cette dernière qui nous intéresse, car elle est plus légère, mais nécessite de connecter votre Raspberry à internet via Ethernet ou Wifi. Si ce n’est pas possible, téléchargez la version complète.

Le téléchargement de la version lite est rapide car elle ne pèse que 33 Mo. Une fois le téléchargement terminé, dézipper le fichier sur votre disque dur.

Installer Noobs sur la carte SD

Pour installer Noobs, il va falloir un logiciel qui permet de formater la carte SD en FAT32. Pour cela on va utiliser SDFormat, son utilisation est des plus simples.

ATTENTION ! Il faut que la carte SD soit formatée en FAT32.

Pour info : Noobs n’est pas lourd du tout c’est l’occasion de recycler une vielle carte de 4 Go si vous en avez une qui traîne. Regardez dans vos vieux smartphones.

  1. Cliquer sur ce lien : SDFormat.
  2. Aller en bas de la page et télécharger la version pour PC ou MAC.
  3. Une fois téléchargé, double-cliquer sur le fichier pour l’installer et l’ouvrir.
  4. Dans « Drive« , sélectionner le lecteur de carte SD sur lequel vous voulez installer Noobs.
    ATTENTION ! Ne vous trompez par de lecteur car toutes les données vont être effacées.
  5. Cliquer sur « Format« .
  6. A la fin du formatage, un message vous prévient que c’est fini.
  7. Pour terminer, il suffit de copier les fichiers de Noobs, précédemment dé-zippés, directement sur la carte SD.

Installation de Raspbian

Vous pouvez maintenant insérer la carte SD dans votre Raspberry Pi et connecter :

  • Le disque dur.
  • Un écran.
  • Un clavier.
  • Une souris.
  • L’adaptateur secteur.

Une fois tout ce petit monde connecté, allumez votre Raspberry en branchant l’adaptateur secteur.

  • Si vous n’avez pas branché de câble ethernet, vous allez avoir un message « no network access ».
  • Sélectionner votre wifi. (Attention le clavier numérique est désactivé)
  • Une fois connecté au wifi, sélectionner Raspbian Lite.
  • Dans « Destination drive » en bas, choisir « SDA elements ».
  • Dans « langue » choisir « français ».
  • Cliquer en haut à gauche sur « Installer ».
  • Cliquer sur « oui » à l’avertissement d’effacement des données.
  • Attendre la fin de l’installation. Environ 5 minutes.
  • Cliquer sur « OK ».
  • Le Raspberry redémarre sur Raspbian.

Configuration de Raspbian

  • Se connecter avec l’utilisateur « pi » et le mot de passe « raspberry ».
  • Saisir : « sudo raspi-config ».
  • Pour se déplacer, utiliser les flèches et la touche tabulation (↹) du clavier.
  • Choix 1 : « Change User Password »
  • Saisir 2 fois le mot de passe. (Il ne s’affiche pas).
  • Choix 4 : « Localisation Options »
  • Change locale :
  • Choisir : fr_FR.UTF-8 UTF-8.
  • Choisir : fr_FR.UTF-8
  • Change Timezone :
  • Europe.
  • Paris.
  • Change wifi Country :
  • FR France.
  • Choix 5 : « Interfacing Options ».
  • P2 SSH.
  • Répondre « oui » à la question :Would you like the SSH server to be enabled? » (« Voulez-vous activer le serveur SSH ? »).

Le SSH permet de se connecter à votre Raspberry Pi depuis un autre ordinateur et ainsi de s’affranchir de l’écran, du clavier et de la souris.

  • Retournez sur la première page en sélectionnant <Back>.
  • Sélectionner <Finish>.
  • Taper sudo halt.
  • Attendre quelques secondes que le raspberry soit arrêté.

Maintenant que le SSH est activé on peut se connecter sur le raspberry depuis un autre ordinateur, vous pouvez donc débrancher l’écran, le clavier, la souris et placer votre Raspberry à son emplacement définitif si ce n’est pas déjà le cas.

Connexion en SSH

Pour se connecter en SSH, il faut installer un client sur votre ordinateur, par exemple Putty ou WinSCP.

On va utiliser Putty qui est téléchargeable gratuitement ici : Putty.

  • Installer et ouvrir Putty.
  • Saisir l’adresse IP du Raspberry Pi.
  • Sélectionner SSH et port 22.
  • Cliquer sur « Open« .
  • Une fenêtre noire va s’ouvrir avec écrit « login as:« , vous êtes connecté en SSH, il ne reste plus qu’a s’authentifier.
  • On se logue avec l’utilisateur : pi.
  • Le mot de passe : par défaut raspberry mais normalement vous l’avez changé à l’étape précédente.

Donner les droits root en SSH

Sous Linux l’utilisateur Root c’est l’équivalent de l’administrateur sous Windows.

  • Taper : sudo nano /etc/ssh/sshd_config
  • Chercher, à l’aide des flèches, la ligne : PermitRootLogin without-password
  • Changer la ligne en : PermitRootLogin yes en supprimant le # au debut de la ligne.
  • Fermer (ctrl + X).
  • Sauvegarder (Y) et Valider
  • Taper : sudo /etc/init.d/ssh restart

Pour info : Là, on s’est connecté avec l’utilisateur de base (pi), on a ouvert le fichier de configuration « sshd_config », on a autorisé la connexion root en SSH et on a enregistré notre fichier avant de relancer le SSH, pour que la nouvelle configuration soit prise en compte.

Changer le mot de passe root

Niveau passoire et sécurité, on est pas mal !!! Du coup, on va créer (changer) le mot de passe Root.

  • Taper :
    sudo passwd root
  • Saisir le mot de passe de votre choix, 2 fois.
  • Taper :
    exit
  • Taper :
    logout
  • Relancer Putty.
  • On se logue maintenant avec l’utilisateur : root.
  • Le mot de passe : Celui que vous venez de taper 2 fois

Mise à jour du Firmware du Raspberry Pi

  • Taper :
    apt-get install rpi-update
  • Taper :
    rpi-update
  • Taper :
    reboot

Installation de Jeedom

Pour rappel, on est toujours dans Putty, connecté avec l’utilisateur Root.

step_11_jeedom_check success/!\ IMPORTANT /!\ Root MySql password is abcdef0123456Installation completed, a system reboot should be performed
  • Pour rebooter taper : Reboot.
  • Vous pouvez fermer Putty.

Doc officielle de Jeedom si besoin.

L’installation peut prendre du temps en fonction de votre connexion internet.

Pour vous connecter à Jeedom, il suffit de saisir l’adresse IP du Raspberry Pi dans un navigateur Web et de vous connecter avec l’utilisateur « Admin » et le mot de passe « Admin« .

Info : Depuis la version 3.2 de Jeedom « On ne peut plus se connecter avec les identifiants par défaut (admin/admin) à distance, seul le réseau local est autorisé. »

Désactiver l’administrateur de Jeedom

Je vous conseille de changer le mot de passe Admin et même de le désactiver.

  • Cliquer sur les roues dentés et aller dans « Utilisateurs« .
  • Dans la zone « Action« , cliquer sur « Mot de passe« .
  • Attention !!! il n’y a pas de confirmation lors de la saisie, par contre le mot de passe est visible.
  • Créer un nouvel utilisateur et désactiver l’utilisateur « Admin« . (Fortement conseillé.)

Voila une technique supplémentaire pour installer Jeedom grâce à Noobs qui simplifie grandement l’installation sur un disque dur.

Si vous avez des références de disques durs compatibles Raspberry ou idées de déclinaisons, d’optimisations, ou des remarques, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Source : www.testsavisetcompagnie.fr

Complément : Restaurer Jeedom sur un nouveau Raspberry Pi 3

Restaurer Jeedom sur un nouveau Raspberry Pi 3

Romain D.

Romain D.

Perdu dans une trame Ethernet.

PS : Ce blog est purement personnel et ne reflète en aucun cas l’avis des sociétés pour lesquelles je travaille ni n’en implique la responsabilité.

Ajouter un commentaire

Optionally add an image (JPEG only)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Objectif 2020

Vous avez aimé le contenu de ce blog ? Faîte un don pour le maintenir en ligne !

0,00€ / 25,00€ de dons reçus :'( !

À sec ? Il existe d'autres solutions ;).

Offres de parrainage

Lien affilié Amazon

Objectif 2019

Vous avez aimé le contenu de ce blog ? Faîte un don pour le maintenir en ligne !

27,00€ / 50,00€ de dons reçus :) !

À sec ? Il existe d'autres solutions ;).

Offres de parrainage

Lien affilié Amazon